Toute l’actualité sur les événements organisés, par l’association des Anciens de Gay-Lu et son réseau, à Limoges, Paris, ou ailleurs, comme autant de temps de rencontre et d’échanges avec les anciens du Lycée Gay-Lussac, les élèves, professeurs…
Retrouvez l’agenda complet sur la page Evénements.

Une AG 2020 sans banquet

En cette année exceptionnelle, nous faisons le choix à ce jour de maintenir l’organisation de l’AG annuelle de l’association des Anciens de Gay-Lu. Toutefois, il nous a semblé plus sage d’annuler le traditionnel banquet, les conditions sanitaires actuelles nous imposant la plus grande vigilance.  

Logotype des anciens du lycée gay-lussac de limogesL’Assemblée Générale statutaire des Anciens de Gay-Lu se déroulera Samedi 14 novembre 2020, à 17h30 dans la salle Joseph Storck, au Lycée Gay-Lussac. Au moment de l’émargement, le Bulletin 2020 sera remis aux adhérents à jour de leurs cotisations.

Elle sera précédée à 16h d’une conférence de notre camarade Danièle Lajoumard, Inspectrice Générale des Finances, qui devait présider le banquet. Elle nous fait le plaisir de participer, en intervenant sur le thème : « L’inspection générale des finances : du rôle d’”œil du ministre des finances” à celui d’aide à la décision publique. ». Inscription préalable obligatoire.

Plus d’informations sur la conférence

Après l’assemblée, viendra le temps du souvenir, avec un dépôt de gerbe au Monument aux Morts du Lycée, suivi d’un temps de recueillement.

Ces temps de rencontre feront l’objet d’un strict respect des mesures sanitaires et gestes barrières en vigueur. Port du masque obligatoire. Merci de votre mobilisation.

 

Agenda 2020 : conférence et sorties en perspective !

Vous les aviez appréciées, après un petit temps de pause, les Rencontres de Gay-Lussac ont repris, avec un cycle de conférences en lien avec l’histoire de notre belle cité de Limoges, auxquelles s’ajoutent les sorties culture et nature du printemps, animées par des Anciens de Gay-Lu engagés.

Vous avez été une trentaine à participer à la première conférence donnée par Laurent Bourdelas, sur Les Bouchers du château de Limoges, le 7 février dernier.

Durant un peu plus d’une heure, il a évoqué l’histoire de cette corporation des bouchers de la ville de Limoges, de la confrérie Saint-Aurélien, histoire également d’une rue et d’un quartier, du Moyen-Âge aux heures contemporaines : histoires, anecdotes, personnages, temps forts…

Retour en images sur la rencontre.

Un avant-goût de son dernier ouvrage, paru aux éditions Le Geste. Une séance de dédicaces et un verre de l’amitié offert par l’association ont clôturé cette rencontre riche d’échanges et de convivialité.

 

Conférence “Limoges 1920-2020 : cent ans de la vie d’une ville”

Le prochain rendez-vous se tiendra sous le signe de l’architecture et de l’urbanisme, JEUDI 12 MARS, avec notre camarade historien Michel C. Kiener .

Le Zénith en construction au bois de la Bastide (2006) : le temps des grands équipements.

Michel C. Kiener, agrégé d’histoire (et en charge des archives de l’association), est spécialiste de l’histoire du Limousin des XIXe et XXe siècles. Il évoquera au cours de cette conférence un siècle de projets urbains successifs et d’architectures à références, entre urbanisme volontariste et accidents de l’histoire, en images et dans le texte.

Entrée gratuite sur inscription préalable. Rendez-vous Jeudi 12 Mars à 18h, Salle Joseph Stork, au Lycée Gay-Lussac, Limoges.

En savoir plus et s’inscrire.

 

Après ces conférences, viendra le temps des sorties Culture puis Nature

Dimanche 17 mai – Journée Culture : “Vicq-sur-Breuilh, une passion de restaurer et une passion de créer”.

Une nouvelle sortie culturelle, après le succès de celle de l’an dernier, “Sur les pas de George Sand”. C’est à Vicq-sur-Breuilh que nous emmènent cette année nos camarades de la Commission Culture, sous la houlette de Gérard Peylet. Un programme riche de contenus et de rencontres, avec le Musée d’art naïf Cécile Sabourdy, la Chapelle de Chauveix peinte par Roch Popelier, et le Vieux Château. Ouverture des inscription mi-mars.

En savoir plus

 

Samedi 13 juin – Randonnées bucoliques dans le sud de la Haute-Vienne : “A la rencontre de la nature dans les environs de Magnac-Bourg et les Serpentinites du site du Cluzeau vers Meuzac”

A l’initiative de la Commission Animation, nous vous proposons une journée au vert, dans le sud de la Haute-Vienne, avec deux petites randonnées pédestres autour et dans l’important affleurement géologique remarquable des serpentinites de la Flotte-Le Cluzeau. Une sortie nature, sous la conduite érudite de notre camarade Askolds Vilks, un programme sur mesure, selon vos envies, en matinée et/ou l’après-midi.

En savoir plus

 

…Sans oublier le traditionnel Banquet Parisien

Cette année, Jacques Levet, président de la section parisienne, nous ouvrira les portes du Musée de l’Armée, aux Invalides. Cette traditionnelle rencontre se déroulera le samedi 6 juin sous la présidence de l’Amiral Coldefy.

 

Suivez l’Agenda des événements organisés par l’association.

 

 

 

 

Banquet annuel 2019 : ouverture des inscriptions !

Banquet annuel de l’association des Anciens de Gay-Lu au Lycée sous la présidence de notre camarade Tristan d’ALBIS : une soirée conviviale dédiée aux rencontres et au partage inter-générations, organisée à l’issue de l’Assemblée Générale.

 

Tristan d'AlbisCette année, le banquet se déroulera le samedi 16 novembre, sous la présidence de Tristan d’ALBIS, diplomate, Ministre plénipotentiaire honoraire, ancien ambassadeur en Afrique du Sud, ancien conseiller maître à la Cour des comptes, officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et des Arts et des lettres.

Tristan d’ALBIS a longtemps présidé la section parisienne de l’Association des Anciens du Lycée Gay-Lussac.

 

Cliquez ici pour vous inscrire >>> JE M’INSCRIS en ligne avant le 9 novembre
(par courrier avant le 4 novembre)

 

Voici le programme de la journée :

Tarif : 40 € par personne – Tarif réduit : 20 € pour les moins de 25 ans.

Cliquez ici pour vous inscrire >>> JE M’INSCRIS avant le 9 novembre

 

L’AG et le banquet annuel, c’est aussi le temps de renouveler votre adhésion !
>>> Je souhaite adhérer ou renouveler mon adhésion

Retour sur la sortie culturelle “Sur les pas de George Sand”

Le 8 mai dernier, ils étaient 23 participants à partir sur les pas de George Sand, à l’occasion de la sortie culturelle organisée par l’association des Anciens de Gay-Lu. Une journée au cœur du Berry, pour entrer dans l’intimité de ce grand écrivain du XIXe siècle.

Merci à la Commission culture pour l’organisation : Gérard Peylet, Askolds Vilks, Nicole Ferrier-Caverivière, Paula Iselin

Portrait de George Sand

Portrait de George Sand par Auguste Charpentier, 1838

George Sand, grand écrivain romantique

Nous avons choisi de placer cet itinéraire du 8 mai sous le signe d’un grand écrivain romantique qui fut aussi un maître à penser exceptionnel.
George Sand est un des écrivains du XIXème en qui s’incarne le mieux le siècle, l’esprit du temps où elle vécut, ses passions, ses aspirations, ses déceptions. On la trouve liée à tous les grands courants du siècle aussi bien politiques, religieux, que philosophiques et littéraires. Il y a dans son œuvre cette dimension d’universalité, d’humanisme. Elle a vécu le siècle, et elle l’a traduit dans son œuvre romanesque et autobiographique, dans des essais de toutes sortes, dans sa correspondance magnifique. Tous ces textes sont marqués par une générosité exceptionnelle, un désir d’améliorer la condition humaine en plaçant toujours un immense espoir dans l’éducation.

 

1. Le Domaine de Nohant

La première étape de ce parcours était consacrée à la visite du Domaine de Nohant : visite de la belle maison du XVIIIème qui a été conservée dans l’état qui était le sien du temps de Gorge Sand, puis visite libre, du parc et du jardin.

Nohant est la véritable patrie de George Sand; c’est le sanctuaire de ses souvenirs, son foyer, son asile, sa retraite. Sa vraie vie, et la plus grande partie de l’année, elle la vivait à Nohant; C’est là qu’elle a écrit son œuvre. Nohant, sous l’empire, devint une sorte de colonie artistique et littéraire, un centre intellectuel où se raccordaient les idées et les hommes, de toutes les directions de la pensée et de l’art.
C’est là que les paysans ses voisins ont inhumé “la bonne dame de Nohant”.

Cette visite fut commentée par Gérard Peylet (Nohant) et Askolds Vilks (jardin, herbiers).

 

2. Les Fresques de Vic sur Nohant

La seconde étape de cet itinéraire, tout près de Nohant, nous a permis de découvrir les magnifiques fresques de l’église de Vic (orthographiée aussi Vicq). Le nom de George Sand est attaché en 1849, au sauvetage de cette œuvre d’art unique.

Longtemps désaffectée et fort délabrée, l’église de Vicq a un nouveau desservant au milieu du XIXème, qui sous le badigeon des murs découvre des fresques remarquables du XIIème. George Sand alertée intervient aussitôt pour obtenir et le classement de l’église et des crédits pour la réparer. Mérimée prononce le classement sans délai, ce qui sauve les fresques qui ornent les deux faces d’un mur séparant le chœur de la nef, ainsi que les murs du chœur, la paroi et la voûte de l’abside.

Illumination face aux fresques de Vic sur Nohant

 

3. Les pierres jaumâtres

Pierres Jaumâtres. Tarann, dieu du Tonnerre (c.1930)

La troisième étape de ce parcours sur les pas de George Sand s’est terminée par une promenade autour d’un haut lieu romanesque de l’œuvre romanesque sandienne, nourri de légendes et qui ouvre dans un prologue poétique son roman de 1844 “Jeanne” : les pierres jaumâtres (George Sand écrivait jomâtres). Nous avons pu admirer ces pierres, spectaculaires, au sein d’un paysage creusois sauvage, un peu désertique, que l’auteure romantique aimait particulièrement.

Cette promenade fut commentée à deux voix : angle littéraire avec lecture d’une page de Jeanne par Gérard Peylet, et observations scientifiques par Askolds sur la nature de ces pierres et sur la végétation du lieu.

 

Encore un nouveau rendez-vous synonyme de convivialité et de partage parmi les Anciens de Gay-Lu !

Consulter les prochains événements

Rencontre de fin d’année scolaire: les inscriptions sont ouvertes !

Rendez-vous le vendredi 28 juin prochain, pour la traditionnelle rencontre de fin d’année scolaire, pour les Anciens de Gay-Lu. Au programme, une conférence de notre camarade Laurent Bourdelas suivie d’un déjeuner au Lycée.

11h – Conférence “Les bouchers du Château de Limoges” (inscription gratuite) en salle Joseph Stork par Laurent Bourdelas à l’occasion de la sortie de son livre.

12h30 – Déjeuner au réfectoire du Lycée (25 € par personne)

Les inscriptions sont ouvertes (jusqu’au 20 juin) !!!

Tout savoir sur l’événement

Banquet parisien : Jacques Levet invite Alain Costes

En amont du banquet, nous avons rencontré Jacques Levet, nouveau président de la Section parisienne des Anciens de Gay-Lu. Il organise pour la première année le banquet parisien, et a choisi de convier Alain Costes, Polytechnicien, ingénieur général de l’armement, directeur d’AFNOR Normalisation.

Photo de classe

Photo de Classe 1975-76 | Math Sup 1 – Lycée Gay-Lussac

 

Jacques Levet, nouveau Président de la section parisienne de l’association

Jacques Levet – PHOTO MARTIJN BEEKMAN/EUROPEAN COMMISSION

Depuis mon installation en région parisienne, j’avais déjà eu à plusieurs reprises l’occasion de participer au banquet annuel de la section parisienne des Anciens de Gay-Lu. Je suis resté très attaché au Limousin, où j’ai passé toute mon enfance, et tout particulièrement au Lycée Gay-Lussac, où j’ai vécu de très belles années.

J’étais content de retrouver, le temps d’un déjeuner, quelques limougeauds qui, comme moi, étaient « montés » à Paris. L’ambiance est toujours conviviale, très détendue, les échanges sont vite spontanés et très cordiaux, les souvenirs remontent.

Bien que noyés, certains depuis très longtemps, dans un immense tourbillon parisien, nous éprouvons tous naturellement un certain sentiment de fierté d’appartenir à la collectivité des Anciens de Gay-Lu.

Au-delà des retrouvailles, ce banquet est aussi l’occasion d’une rencontre très enrichissante entre générations, il y a des jeunes pleins de projets, et des anciens pleins d’expérience, mais aussi de projets !

Lorsque Tristan d’Albis m’a annoncé son intention de se retirer de la Présidence de la section parisienne, c’est avec plaisir que j’ai accepté de prendre sa suite, c’est pour moi un grand honneur.

Ma première mission consiste à trouver le Président du banquet. Pour cette première année, j’avoue que cela a été facile. Je connais en effet très bien le Président de notre banquet 2019.

Alain Costes est un ami de longue date. Nous avons eu des parcours scolaires similaires, et nous nous sommes croisés à de multiples reprises dans nos vies professionnelles respectives, au sein de la Direction générale de l’Armement pendant de nombreuses années, puis à l’AFNOR, où Alain dirige l’activité de normalisation, et où moi-même je participe régulièrement à des réunions. Il nous est également arrivé de nous rencontrer dans des réunions internationales, à Tokyo ou à Amsterdam pour citer les plus récentes.

Je vous donne donc rendez-vous le 25 mai, pour un banquet 2019 que j’espère dynamique, riche dans ses échanges et toujours dans un esprit d’amitié et de convivialité.

En savoir plus et s’inscrire au banquet parisien

 

Alain Costes : quelques repères biographiques avant la rencontre

Alain Costes

Alain Costes, président du Banquet parisien 2019

Je suis né le 20 juin 1955 à Poitiers, ancien élève de l’Ecole Polytechnique (promotion 1974) et de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Sup’Aéro ; promotion 1979).

Bien que né à Poitiers, j’ai habité à Limoges et y ai fait toutes mes études jusqu’au Baccalauréat : études primaires au Présidial, études secondaires à Donzelot, Lycée à Gay-Lussac (option Latin Grec), puis Classes préparatoires à Sainte Geneviève (Versailles).

A ma sortie de Sup’Aéro, j’ai passé deux années à l’ONERA comme ingénieur responsable d’un développement exploratoire de statoréacteur puis rejoint le Ministère de la défense. De 1981 à 1995, j’ai assumé différentes responsabilités techniques, comme spécialiste propulsion puis directeur de programme au sein de la Délégation Générale pour l’Armement (DGA).

En 1995, j’ai pris des responsabilités de management, comme sous-directeur technique du Centre d’essais aéronautique de Toulouse (CEAT – 700 personnes) et chargé des actions du Ministère de la Défense en faveur des PME-PMI de la région Midi-Pyrénées puis, en 1999, comme directeur de l’Atelier industriel de l’aéronautique de Cuers-Pierrefeu (AIA-CP – 1000 personnes), toujours à la DGA.

En 2005, je suis devenu responsable des relations internationales de la DGA pour la zone Europe-Amérique du sud. De 2010 à 2012, j’ai conduit la Mission de modernisation du maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de défense, placée auprès du Cabinet du Ministre.

J’ai rejoint le Groupe AFNOR le 1er juin 2012, comme directeur de la Normalisation. Je suis responsable de l’activité de normalisation, pour l’ensemble des normes volontaires publiées en France, qu’elles soient d’origine nationale, européenne ou internationale. A ce titre, je suis membre du Bureau de gestion technique de l’ISO.

Je suis ingénieur général de l’armement, marié, père de cinq enfants et deux fois grand père. Je suis officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre national du Mérite et titulaire de la Médaille de l’aéronautique.

 

Pour en savoir plus, participez au Banquet parisien annuel du samedi 25 mai au Restaurant du Sénat.
Pour la première année, une visite privative du Sénat est proposée aux participants, en complément de la traditionnelle exposition du Musée du Luxembourg, cette année “Les Nabis et le décor”.
JE M’INSCRIS AVANT LE 8 MAI

 

Toute l’année, l’association des Anciens de Gay-Lu organise des rencontres à Paris et à Limoges, comme autant d’occasions conviviales de rencontre entre anciens du lycée. Pour participer, il suffit d’être ancien élève ou fonctionnaire de l’établissement. Pour soutenir l’ensemble des activités de l’association, pensez à adhérer pour les nouveaux venus, ou à renouveler votre adhésion.

Rendez-vous le 24 novembre : AG, banquet et festivités

Voici revenu le temps des réjouissances amicales, des activités réglementaires et des moments du souvenir. Le 24 novembre sera pour nous tous une journée importante.

Façade Lycée Gay-Lussac © Eric Boutaud

Votre programme du Samedi 24 novembre :

  • 15h00 : Conférence de notre camarade le docteur Gérard Terrier : « Evolution de l’anesthésie, de la chirurgie pédiatrique et du traitement de la douleur à Limoges, de la première Guerre Mondiale à nos jours » (salle Joseph Storck).
  • 16h00 : Hommage à Charles Roumagnac et Robert Vergnaud, sous la présidence d’Albert Nicolas (salle Joseph Storck et local de l’association) : ce temps nous permettra de rappeler que ces hommes d’exception furent de grands serviteurs de l’Etat, du Limousin, de notre ville et de notre association.
  • 17h30 : Assemblée générale extraordinaire (salle Joseph Storck) : modification des statuts.
  • 18h00: Assemblée générale ordinaire (salle Joseph Storck) : en plus des rapports statutaires vous sera exposé le bilan des quatre années de présidence de Jean-Pierre Levet.
  • 19h30 : Dépôt d’une gerbe au Monument aux Morts du lycée.
  • 20h00 : Banquet annuel au réfectoire du lycée sous la présidence de Gérard Terrier (inscription avant le 11 novembre) : animation, repas convivial, animations, tombola.

INSCRIPTION AU BANQUET

 

Assiette gourmande

L’AG et le banquet annuel, sont également le moment de renouveler votre adhésion annuelle. Vous ne pouvez pas assister au Banquet cette année ? Alors renouvelez dès à présent votre adhésion en ligne.

  • Avis aux adhérents : le Bulletin 2018 sera remis directement aux membres de l’association présents au Banquet et envoyé aux autres par la voie postale.

Vous souhaitez plus d’informations sur l’association des Anciens de Gay-Lu et la démarche d’adhésion : cliquez ici

 

Retour en images sur la dernière AG et les festivités des 150 ans

A l’occasion de la dernière Assemblée Générale des Anciens de Gay-Lu et des festivités des 150 ans, le jeune Mathis Chantereau, élève au Lycée, a proposé de mettre ses talents au service de l’association. Il a ainsi réalisé une vidéo rétrospective de cette journée conviviale du 25 novembre 2017.

Mathis Chantereau reporter

Mathis Chantereau, élève au Lycée Gay-Lussac de Limoges, est un jeune homme engagé et créatif. Passionné d’images et de vidéo, il a proposé de mettre son talent au service des Anciens de Gay-Lu. Il a ainsi assisté à l’ensemble de la journée du 25 novembre 2017, et a réalisé une petite vidéo, reflétant les temps de convivialités et d’échange :

  • Conférence de Guillaume Pigeard de Gurbert, consacrée à la correspondance échangée par Vladimir Jankélévitch et Louis Beauduc
  • Rétrospective des 150 ans de l’association, qui permit notamment de rendre hommage à Pierre Delage, historien du lycée, ainsi qu’à Charles Roumagnac et à Robert Vergnaud, anciens présidents de l’association
    Nombreux témoignages à cette occasion : Nathalie Ribière-Delage, Bernard Delage, Pierre-Marc Lachaud, Albert Nicolas, Hubert Laroudie, Michel Nouhaud, Michel Kiener, Renée Longeanie, Gisèle Tarnot, Bernard Gorse et Pascal Texier.
  • Assemblée Générale annuelle avec temps du bilan et perspectives
  • Banquet annuel au Lycée, présidé par notre camarade Robert Savy

 

 Vidéo rétrospective de la journée conviviale du 25 novembre 2017

Bravo à Mathis pour ce beau travail.

Nous vous rappelons qu’à l’occasion des 150 ans de l’association des Anciens du Lycée Gay-Lussac, des objets commémoratifs ont été édités pour l’occasion. Ils sont à présent disponibles à la commande dans la limite des stocks disponibles (édition limitée).

 

A très bientôt pour de prochaines festivités, et rappelez-vous, que vous soyez tout juste bachelier, élève de prépa, agent du lycée, en activité, ou à la retraite, il est toujours temps de rejoindre le réseau des Anciens de Gay-Lu ! Plus nous serons nombreux à adhérer, plus les actions pourront se développer !

 

Avant-première à Gay-Lu : Pierre Bergounioux, la passion d’écrire

Projection du Film documentaire sur Pierre Bergounioux en avant-première dans le cadre du Mois du Film documentaire.

Le 4 mai dernier, à l’occasion des Rencontres de Gay-Lussac organisées par l’Association des Anciens de Gay-Lu, le lycée Gay-Lussac accueillait dans ses murs Pierre Bergounioux, l’un de ses plus brillants anciens. Avec émotion, il avait retrouvé sa salle de classe, celle qui fut la sienne lors de ses années d’Hypokhâgne et de Khâgne.

Retour sur la Rencontre de Gay-Lussac

Deux années de labeur qui lui valurent néanmoins d’intégrer l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Agrégé de Lettres modernes, ce professeur est aussi reconnu pour être un écrivain contemporain à la fois reconnu par la critique et apprécié par le grand-public.

Son œuvre, riche de plus d’une soixantaine de titres, puise à sa propre histoire : celle d’un enfant né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à Brive-la-Gaillarde, qui a grandi en Corrèze avant de venir faire ses études supérieures à Paris. Aujourd’hui, Pierre Bergounioux est devenu l’une des voix essentielles du paysage littéraire français.

Pierre Bergounioux

Source http://www.moisdudoc.com/moisdudoc/film_image/Pierre_B_Ventadour_1506691251.jpg

Pierre Bergounioux, la passion d’écrire

Un film réalisé par Sylvie Blum
Production : INA avec la participation de France Télévisions – France, 2017 – 52 minutes, VF

Pierre Bergounioux écrit pour les morts, pour ceux de la région d’où il vient, la Corrèze du sud. L’écrivain nous fait visiter son royaume ingrat, sec, repilé sur lui-même, mais où il a été heureux, un royaume habité aujourd’hui par les fantômes. Les villages presque vides, les cimetières, tout ce qui résonne avec la dureté âpre du plateau de Millevaches.

Le lundi 6 novembre à partir de 20h00, en Salle Storck, France 3 Limousin souhaite faire profiter aux étudiants, élèves et anciens du lycée Gay-Lussac de la diffusion en avant-première du film documentaire consacré à Pierre Bergounioux. Un véritable privilège que de découvrir ou redécouvrir la vie de cet homme érudit, corrézien, poète et engagé.

Pierre BergouniouxSi Pierre Bergounioux ne devrait pas être présent ce jour-là, en revanche la réalisatrice du documentaire, Sylvie Blum, participera à l’évènement. A cette occasion, elle ne devrait pas manquer de nous livrer ses impressions sur cet écrivain exigeant et attachant ainsi que sur le tournage de ce témoignage télévisuel.

A noter que cette projection s’inscrit dans le cadre du Mois du film documentaire piloté par le Pôle d’éducation à l’Image/ les Yeux verts (une antenne de la Région chargée de promouvoir le film documentaire auprès de tous les publics).

A ne pas rater !

 

Vous pensez participer à l’événement ? Alors partagez cet article et faites le savoir à vos camarades !

Voir les autres événements organisés ou soutenus par les Anciens de Gay-Lu

 

Langue, culture et citoyenneté. Des langues anciennes à l’ère 3.0

langage binaire

 

Dans le cadre du congrès national de l’Union des A, organisé par l’association des Anciens du Lycée Gay-Lussac en 2017 à Limoges, un grand thème fait l’objet d’échanges et de débats. Le thème choisi cette année est Langue, culture et citoyenneté. Des langues anciennes à l’ère 3.0. Les échanges seront conduits par Jean-Pierre Levet, Président des Anciens de Gay-Lu, Professeur émérite de langue et littérature grecques, et de grammaire comparée des langues indo-européennes à l’Université de Limoges.

L’association des Anciens du Lycée Limosin, membre de l’Union des A, est associée à l’organisation.
Ce colloque se déroulera VENDREDI 6 OCTOBRE, au Lycée Gay-Lussac en matinée, et à la Cité Scolaire Léonard Limosin l’après-midi.

INFOS PRATIQUES ET INSCRIPTION

 

Langue, culture et citoyenneté. Des langues anciennes à l’ère 3.0

La part de l’enseignement du latin et du grec dans les lycées et collèges n’a pas cessé, pour différentes raisons, en particulier pour une suspicion d’élitisme, de diminuer depuis plus d’un siècle, alors que certains parlementaires, comme le docteur Levraud, à la fin du XIXème siècle, voyaient en lui la base d’une éducation républicaine bien comprise.
Sa survie même est aujourd’hui en cause et l’on peut raisonnablement s’interroger sur l’avenir du latin et du grec dans les établissements secondaires à l’ère du plein développement de l’informatique, de la télématique et de leurs nombreuses et diverses applications.

tablette sculptée Le débat se révèle d’actualité. Voici deux faits concrets, choisis parmi beaucoup d’autres, qui le montrent à l’évidence : dans sa campagne électorale le nouveau président de la République a pris explicitement position pour le rétablissement dans les collèges de l’étude du latin et du grec, qui avait été dénaturée et quasiment supprimée sous le quinquennat de son prédécesseur, si bien que des mesures réglementaires ont déjà été arrêtées à ce sujet ; d’autre part, un hebdomadaire national de grande diffusion a récemment expliqué que tous les grands thèmes de la vie sociale, politique et morale se trouvaient exposés par Homère et donc soumis à la réflexion des lecteurs avisés de l’Iliade et de l’Odyssée, le long article donnait ainsi raison à Charles Péguy qui préférait la nouveauté des vers de l’aède à celle des informations du quotidien du jour.

Cela étant, la discussion qui sera lancée à l’occasion du congrès national de l’Union des A sera composée de quatre temps distincts.

  • Une présentation générale proposée par Jean-Pierre Levet, professeur émérite à l’Université de Limoges.
  • Une réflexion sur les langues anciennes et la maîtrise du français sera conduite par Isabelle Klock-Fontanille, professeur à l’Université de Limoges, membre senior de l’Institut Universitaire de France, directrice de l’ELCOA à l’Institut Catholique de Paris.
  • Dans un troisième temps Yves Liébert, professeur à l’Université de Limoges, traitera le sujet suivant : la place de la culture classique gréco-latine dans le monde d’aujourd’hui et dans celui de demain. Son intervention sera complétée par celle de Robert Bedon, professeur émérite à l’Université de Limoges, qui rappellera la place occupée par le latin dans la toponymie de la France à partir d’un voyage linguistique effectué le long d’un itinéraire partant de Bourges et arrivant à Limoges.
  • Christiane Besse, professeur honoraire au lycée Léonard-Limosin de Limoges, enfin, évoquera de façon détaillée la richesse du recours au latin et au grec pour la formation civique des élèves contemporains et de leurs successeurs dans l’avenir.

 

Quelques thèmes fondamentaux

Mais d’ores et déjà Jean-Pierre Levet souhaiterait attirer l’attention des futurs participants au débat sur quelques thèmes fondamentaux.

La maîtrise du langage et de la grammaire que permet d’acquérir, à différents niveaux bien évidemment, l’apprentissage du latin et du grec n’est-elle pas une base utile en vue d’une insertion sociale réussie et de la progression dans l’exercice des métiers intellectuels liés à la possession d’un diplôme universitaire ?

La culture 3.0 risquant manifestement d’entraîner dans les esprits une confusion entre le réel et le fictif, le vrai et le faux, le bien et le mal, un enseignement intelligemment conçu et orienté des langues et littératures anciennes ne peut-il pas servir d’antidote efficace, plus efficace que d’autres pour de nombreuses raisons à ce danger, dont on ne mesure sans doute pas toujours la gravité ?

philosophesLes Anciens sont les inventeurs de la démocratie, d’une démocratie conçue d’une manière bien différente de la nôtre certes. Mais les textes qu’ils nous ont légués nous permettent de nourrir sur tous les thèmes politiques et moraux qui s’offrent à notre pensée une réflexion dense, féconde et surtout dépassionnée.
Une idée majeure, bien adaptée à l’ère 3.0, semble tout particulièrement mériter d’être retenue : quand la vie politique devient largement, pour ne pas dire excessivement, une affaire de pure communication, d’une communication dans laquelle, par essence, le vrai n’est pas tout à fait vrai, le faux pas tout à fait faux, le réel pas tout à fait réel, le fictif pas tout à fait fictif, on retrouve ce que furent les conditions d’action et de destruction de la sophistique, en bien pire, parce qu’à la rhétorique abusive des mots s’ajoute maintenant celle des images.

Les auteurs antiques, à Athènes comme à Rome, ont combattu ce dévoiement de la pensée et de la parole et nous ont enseigné les méthodes qui permettent d’en déjouer les pièges les plus redoutables qui constituent de graves menaces tant pour les individus que pour les communautés. Pourquoi ne pas chercher à redécouvrir leurs leçons et à les analyser en lisant et en commentant les textes qui sont parvenus jusqu’à nous ?
Ne devrait-on pas sérieusement méditer la démonstration faite par les Grecs au sujet des excès de la liberté de parole, Lorsque celle-ci se transforme en liberté de dire et de tenter d’imposer tout et n’importe quoi, en licence, ce qui est appelée péjorativement parrhêsia, il n’y a plus de liberté pour les citoyens non avisés, c’est-à-dire pour la grande masse des habitants de la cité et donc il n’y a plus de démocratie authentique possible.

Cette idée traduite en langage moderne peut s’exprimer de la façon suivante : les excès de la com’ sont mortifères pour la démocratie et pour les valeurs qui lui sont associées. La redécouvrir dans des textes vieux de vingt-cinq siècles pourrait inciter à réfléchir sur certaines conceptions du progrès. On ne soigne plus les malades comme on le faisait du temps d’Hippocrate, mais on applique dans la vie politique des pratiques dont la dangerosité et la nocivité ont été démontrées par certains des contemporains ou quasi-contemporains de l’illustre savant et l’on écarte ainsi délibérément ou par pure et dramatique ignorance ce qui devrait être, selon l’expression de Thucydide, un « acquis pour toujours ».

Quels que soient les apports des âges modernes à notre culture, ils n’affectent en rien le socle solide hérité de l’Antiquité, que ce soit dans les arts ou dans les réflexions philosophiques sur ce que sont la pensée, l’intelligence et le sens moral (la mythologie, par exemple, condamne de façon constante tout ce qui relève de la démesure, de l’hybris).
L’Union européenne, d’autre part, n’a-t-elle pas emprunté une mauvaise voie en ne se construisant pas d’abord sur un héritage culturel commun à tous les peuples qui la constituent, l’héritage gréco-latin, mais sur d’autres bases, de nature économique, qui auraient pu n’être que secondairement développées, une fois un socle stable assuré pour que la solidité de l’édifice ne soit pas mise en péril.

grec ancienQuels sont aujourd’hui ceux des membres de sa classe politique qui savent que le projet contemporain en cours de réalisation n’est que le second élaboré dans l’histoire, le premier ayant été imaginé par Gerbert d’Aurillac (pape Sylvestre II de 999 à 1003), fils d’un serf auvergnat et génie aux connaissances universelles, sous la forme d’un empire européen pacifique réunissant tout le continent, Russie comprise, sur le fondement de la culture classique commune en vue du progrès humain, économique, social et scientifique ? Seule une mort prématurée empêcha ce « faiseur de rois » (Pologne, Bohême, Hongrie, mais aussi France avec Hugues Capet, dont il était le secrétaire) de tenter de mettre à exécution son immense projet avec le soutien d’Otton III, lui aussi trop tôt disparu.
Alors que les jeunes Chinois apprennent aujourd’hui avec bonheur et efficacité à former leur pensée à tous les niveaux scolaires et universitaires en lisant leurs auteurs classiques et plus particulièrement Confucius, pourquoi dans le même temps l’Europe, loin de promouvoir ses propres classiques, en détruit-elle avec une constance qui confine à l’acharnement l’enseignement jadis si florissant partout ?

Mais considérer que la culture et l’humanisme gréco-latin, les langues anciennes et leur étude ne concernent que la France, les aires francophones et l’Europe serait une grave erreur. L’ensemble de cet héritage classique est aussi par nature profondément euro-méditerranéen, c’est-à-dire lié également à l’ensemble du Proche-Orient, au nord de l’Afrique et à la Perse.
C’est ainsi qu’un philosophe et philologue contemporain, Dimitri Gutas, a pu écrire, il y a une vingtaine d’années, un livre important intitulé Greek Thought, Arabic Culture, et relatif aux traductions en arabe et en persan des œuvres philosophiques et scientifiques majeures de la Grèce dans une Maison de la Sagesse fondée à Bagdad au début du IXème siècle. Ses membres, chrétiens, juifs et musulmans, appelaient tous Aristote LE philosophe.

Voilà donc quelques-uns des grands thèmes que nous développerons dans une discussion dont nous souhaiterions avoir convaincu chaque futur participant qu’elle peut être passionnante et d’une permanente actualité aujourd’hui et demain.

Vos suggestions, vos convictions et aussi bien sûr vos objections seront toutes les bienvenues avant le congrès. Nous les attendons.

INFOS PRATIQUES ET INSCRIPTION

L’organisation du 96e Congrès de l’Union des A à Limoges se déroule dans le cadre des 150 ans de l’association des Anciens de Gay-Lu, et avec le soutien de la Ville de Limoges. En savoir plus sur l’association.