Suivez l’actualité des publications des Anciens de Gay-Lu : parution d’un livre, sortie d’un film, exposition… Littérature, histoire, éducation… Vous avez une actualité que vous souhaitez partager avec le réseau, quel qu’en soit le sujet, faites-nous en part et nous en ferons le relais dans cette rubrique !

Bienvenue à VORACE, la nouvelle revue littéraire “made in Limousin”, dirigée par notre camarade Laurent Bourdelas, ancien du Lycée Gay-Lussac, écrivain passionné de littérature.

 

Illustration de couverture du n°1 de “Vorace”, signée Jean-Marc Siméonin

Une nouvelle revue littéraire : VORACE

Fondée et dirigée par l’écrivain et historien, critique radiophonique (bien connu des auditeurs de Radio France et de RCF Limousin) Laurent Bourdelas (qui participa ou initia la création des revues Friches, Analogie et L’Indicible frontière), ce presque livre est destiné à ceux qui aiment la littérature sous ses différentes formes – avec voracité ! –, et savent s’extraire du tout numérique pour prendre le temps de tourner de vraies pages, en papier.

Elle allie deux fois par an les œuvres inédites d’écrivains, de poètes, d’artistes. Pour le numéro 1, dont beaucoup reconnus nationalement : Marie-Noëlle Agniau, Jean Azarel, Pierre Bergounioux (Gallimard, Verdier), Laurent Bourdelas (Stock, Le Mot et le Reste, Geste), Marc Bruimaud, Gérard Camoin, Jacques Cauda, Florent Contin-Roux, la photographe Marianne Danthieux, Falmarès, Gérard Frugier, Alain Galan (Gallimard, Buchet-Chastel), Alain Lacouchie, Gérard Lavalette, Denise Le Dantec, Jérôme Leroy (Gallimard, La Table Ronde), Eric Poindron (Le Castor Astral, Actes-Sud), Jean-Marc Siméonin, Eric Yung, Carole Zalberg (Grasset)… des hommages à Jean-Yves Griette, (bibliophile parisien) et Joseph Ponthus, écrivain disparu cette année (La Table Ronde).

Le numéro 2 (“Ogres et ogresses”), prévu au printemps 2022, est en cours de préparation – il sera diffusé par Geste.

Vorace #1 – Editeur : L’Arbre à Trucs. 80 pages. Septembre 2021

 

Le numéro 1 a reçu le soutien de la Ville de Limoges, très intéressée, en particulier du maire, M. Emile Roger Lombertie : « La Ville de Limoges a le plaisir de soutenir ce premier numéro, fidèle à sa volonté d’aider la création culturelle et littéraire, comme elle le fait avec Lire à Limoges ou la Bibliothèque Francophone Multimédia. Fidèle également à son label de ville créative de l’UNESCO. C’est encourager la littérature en se souvenant que Limoges et le Limousin sont, depuis les troubadours jusqu’aux auteurs contemporains, des lieux d’inspiration et d’accueil pour ceux qui écrivent. »

Notre camarade Gérard Peylet nous partage sa passion littéraire pour George Sand, au travers de cet essai “De l’universel à l’intime”. Une publication qui fait écho à une sortie culturelle organisée par la commission Culture des Anciens de Gay-Lu, “Sur les pas de George Sand” en mai 2019.

 

Le mot de l’éditeur

Grand écrivain romantique, maître à penser exceptionnel, George Sand est un des auteurs en qui s’incarne l’esprit du temps où elle vécut, ses passions, ses aspirations, ses déceptions. On la trouve liée à tous les grands courants aussi bien politiques, religieux, que philosophiques et littéraires. Il y a dans son œuvre une dimension d’universalité, d’humanisme. Elle a vécu le siècle, et elle l’a traduit dans son œuvre romanesque et autobiographique, dans des essais de toutes sortes, dans sa correspondance. Tous ces textes sont marqués par une générosité exceptionnelle, un désir d’améliorer la condition humaine en plaçant toujours un immense espoir dans l’éducation.

Ce livre éclaire l’unité de la pensée et de l’imaginaire sandien dans une diversité étonnante d’écritures et de genres. Il souligne aussi la modernité d’une œuvre dont le succès en France et dans le monde est toujours grandissant depuis le dernier tiers du XXe.

Si les études sandiennes sont nombreuses, on n’avait jamais encore abordé l’ensemble de ses textes, de façon aussi personnelle, en refusant de séparer, pour comprendre cette œuvre en profondeur, la personnalité, la pensée, et l’art de l’auteure. Un seul fil rouge réunit, dans la continuité, les trois parties de ce livre : la générosité, “l’œil du cœur”.

 

« George Sand, de l’universel à l’intime : “l’œil du cœur” » de Gérard Peylet. Editeur : Presses Universitaires de Bordeaux, Collection Imaginaires et écritures. Livre broché, format 16x24cm. 272 pages. ISBN : 979-10-300-0580-6. Septembre 2021

Biographie de l’auteur

Gérard PeyletGérard Peylet, professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, est spécialiste de littérature moderne et contemporaine, plus particulièrement du XIXe siècle, du romantisme et de la littérature « fin de siècle ».  Il a publié récemment Joseph Rouffanche : une grande voix poétique (PULIM, 2019), L’intime en question aujourd’hui (Edilivre, 2020) et Ce territoire auquel on appartient (Edilivre, 2020). Impliqué depuis quelques années au sein des Anciens de Gay-Lu notamment dans la Commission culture, il est également la cheville ouvrière de la création de l’association ARAL (Association Régionale des Amis du Limousin).

L’historien Philippe Grandcoing s’associe à la géographe Hélène Lafaye-Fouhéty pour nous conter la transformation d’un pays pauvre en paradis touristique avec la publication de “Sublime Périgord”.  Tous deux ont des racines périgourdines et sont enseignants en classes préparatoires au lycée Gay-Lussac à Limoges. Ils relèvent ici le défi d’un portrait original du Périgord.

 

Le Mot de l’éditeur

Sublime PérigordPartir à la découverte d’une des destinations préférées des touristes français et étrangers tout en expliquant les origines et les étapes de son succès, telle est l’ambition de Sublime Périgord. Croisant le regard d’une géographe et d’un historien, ce livre invite à revivre par le texte et par l’image cette lente alchimie qui, depuis près de deux siècles, a fait découvrir et changer ce territoire. Hélène Lafaye-Fouhéty et Philippe Grandcoing suivent ainsi, du XIXe siècle à nos jours, la mutation du regard porté sur les paysages et monuments.

Ils revisitent aussi bien la littérature et le cinéma que la peinture ou la photographie, analysent ce que le Périgord doit à sa gastronomie, à ses sites préhistoriques, à ses vestiges antiques ou médiévaux, à ses villages et à ses saveurs. Se dessine aussi, de Montaigne à l’abbé Breuil en passant par les Britanniques et les chefs étoilés, l’importance de ses ambassadeurs, anonymes ou célèbres qui ont contribué à la fabrique de ce territoire d’exception. De Lascaux à Brantôme, de Sarlat à Monpazier, de la Double au Bergeracois, ils dressent une carte tout en nuances et en richesses où se découvre au coin d’une halle, au détour d’un sentier ou au débouché d’une ruelle, une région qui a su allier préservation du patrimoine et invention d’un art de vivre.

 

“Sublime Périgord : la fabrique d’un territoire d’exception” de Philippe Grandcoing et Hélène Lafaye-Fouhéty, paru chez Les Ardents Editeurs. Juillet 2021.
Beau Livre, Format 19,5x28cm.  240 pages. ISBN 978-2-490623-13-6. Prix public 29 €

 

Les auteurs

Hélène Lafaye-Fouhéty et Philippe Grandcoing ont en commun des origines périgourdines. Curieux du monde passé et présent qui les entoure, ils en ont fait à la fois métier et objet d’étude. Géographe, Hélène Lafaye-Fouhéty a mené de nombreuses recherches sur les Britanniques en Périgord et sur le renouveau des campagnes françaises. Aujourd’hui, elle s’intéresse également à la géographie culturelle ainsi qu’à la géopolitique. Historien, spécialiste du XIXe siècle, Philippe Grandcoing s’est longuement intéressé aux sociétés rurales. Ses travaux actuels portent essentiellement sur l’histoire du patrimoine. Enseignant tous les deux en classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Gay-Lussac à Limoges, ils ont mis en commun leurs connaissances, leurs méthodes et leurs analyses pour offrir au public ce regard croisé sur les réalités d’un territoire dont le nom est une invitation au voyage : le Périgord.

Notre camarade Alain Texier nous propose aujourd’hui une exploration passionnée du phénomène nobiliaire. La noblesse, outre le statut, est également un ensemble de droits et devoirs. Il nous livre avec cet ouvrage “Noblesse, titres et armoiries” son expertise en la matière, et son goût de la transmission.

 

Le mot de l’éditeur

Le choc des armures. Le chatoiement des étoffes. L’ambiance feutrée des grands conseils d’administration. Ces représentations conjurent ensemble l’image de la noblesse. Mais la noblesse c’est également l’agriculteur et – selon le mot de Charles De Gaulle – “l’éternel retour des labours, des semailles et des moissons” ; c’est le militaire, prêt à donner sa vie, c’est le médecin partant en mission dans des contrées isolées pour y soigner ceux que le monde délaisse, c’est l’humanitaire qui, s’engageant dans une forme contemporaine du combat pour la justice et pour la dignité, vient en aide aux populations dans le dénuement. La noblesse, dans les temps anciens, c’est un statut, un ensemble de droits et de devoirs. C’est aussi, dans les temps anciens mais également aujourd’hui, un cœur, un cœur qui va vers le plus démuni. C’est une âme, une âme qui veut s’élever. La noblesse, l’ultime frontière de nos aspirations.

 

Noblesse, titres et armoiries, d’Alain Texier. Paru chez LMG Editions. Avril 2021 
Livre broché, grand format 215 x 135cm- 166 pages – ISBN : 979-10-95165-20-0 – Prix de vente public : 9 €



L’auteur

Alain TexierAlain Texier est Docteur en droit et diplômé d’études supérieures de droit public (Limoges) et de Science politique (Paris X Nanterre). Ancien élève du Lycée Gay-Lussac de Limoges, il a fondé le jeudi 25 aout 1988, entre millénaire et bi-centenaire – la Charte de Fontevrault en l’abbaye royale homonyme. Il a également collaboré aux Cahiers de Chiré et publié un certain nombre d’ouvrages. Il a mené de front une carrière d’Universitaire, et lutté pour la sauvegarde d’un certain nombre de traditions, tout en œuvrant au service de l’idéal royaliste. Il est aujourd’hui Maître de conférences à la Faculté de Droit et des sciences économiques de Limoges.

Après un voyage au Burkina Faso et avant de retourner bientôt dans le bush australien, notre camarade romancière de talent, Agnès Clancier, nous propose une promenade en Corse, et plus précisément à Bastia. “Pour l’amour de Bastia” est un hommage à une ville singulière, un récit où s’invite le passé, réel ou imaginaire…

 

« Ville baroque, ville italienne, pudique et rebelle, insaisissable, orgueilleuse, mouvante aussi – son musée et sa mairie ont changé plusieurs fois de localisation –, lieu de traditions et de pierres sacrées, d’art et de magie, de fresques et de trompe-l’œil, Bastia est une cité qu’on ne cesse jamais de découvrir… »

Le mot de l’éditeur

Ce livre est pour Agnès Clancier un récit intime, où Bastia s’incarne en amie, en berceau, en mère ; et où s’entremêlent descriptions réalistes et fragments de récits oniriques, histoire d’une ville vécue dans de jeunes années et histoire familiale rêvée. Elle dresse ainsi un portrait surprenant d’une admirable cité qui est corse, mais aussi « baroque et italienne », source de « nostalgie et de lumière ».

La balade inspirée dans laquelle l’auteure nous entraîne amène le lecteur à découvrir celle que Ptolémée dénommait Mantina, avec ses émouvantes « glacières » remontant au XVIe siècle, et tous ses sites favoris : le jardin Romieu, le Vieux-Port, la plage de Ficajola…

“Pour l’amour de – Bastia”, par Agnès Clancier. Editions Magellan & Cie. Parution : juin 2021
112 pages, livre broché avec rabat, format 21x12cm. ISBN n°9782350746043 – Prix de vente : 10 €.

 

Agnès Clancier, romancière voyageuse

Agnès Clancier romanchère invitée aux Rencontres de Gay-LussacAgnès Clancier, née en Haute-Vienne, ancienne élève du Lycée Gay-Lussac de Limoges, a résidé à Bastia. Voyageuse, elle a aussi vécu à Paris, à Sydney et à Ouagadougou. Elle a publié une dizaine de livres, parmi lesquels, en 2007, le roman Port Jackson (Gallimard), inspiré de son expérience australienne. De cette dernière naîtra également un recueil de poésie, Outback, disent-ils (Henry, 2017). C’est au Burkina Faso que se situe l’action de son dernier roman, Le corps de Sankara (Éditions du Rocher, 2020).

Agnès Clancier fut l’invitée d’honneur du Banquet des Anciens de Gay-Lu en novembre 2016. A cette occasion, elle participa à l’une des premières “Rencontres de Gay-Lussac”, au cours de laquelle elle s’entretint avec Laurent Bourdelas autour de ses écrits, son parcours, ses voyages.

Au travers de son “Guide secret de Limoges”, notre camarade Laurent Bourdelas nous dévoile des pans cachés de l’histoire de notre chère ville de Limoges. Cet ancien de Gay-Lu, passionné d’histoire et amoureux de sa ville natale, aime à nous chuchoter quelques secrets à partir de certains lieux, choisis avec soin, comme autant de points de départ de promenades de découverte de Limoges. 

 

Le mot de l’éditeur

La légende de Lemovix, une épidémie vaincue par les ostensions, la cour du Temple, la rue Ferrerie, artère des boutiques historiques, autant de récits mystérieux permettant de redécouvrir Limoges… Limoges, une ville de mystères dévoilés par un spécialiste de l’histoire locale…

De la ville d’Auguste à l’apôtre providentiel (le forum, les thermes publics, le Limoges caché…), des fastes médiévaux au bel ancien régime (les ostensions, la peste à Limoges…), une ville de porcelaine et d’élégance (l’or blanc, l’incendie de 1864, le parc Victor Thuillat…), une ville de sociabilité (la franc maçonnerie, la ville rouge…), autant de thèmes qui donnent lieu à la révélation de secrets insoupçonnés…

L’interview de l’auteur

En complément du mot de l’éditeur, vous pouvez vous référer à l’article paru dans le Vivre à Limoges de mai 2021, en page 51.

 

“Guide secret de Limoges” aux Editions Ouest France – Collection Tourisme, guides secrets. Mai 2021 – Couverture : brochée – Format : 13 cm x 19 cm – 144 pages – ISBN : 2737384222 – 14 €

 

L’auteur

Laurent Bourdelas

Laurent Bourdelas est professeur d’histoire et géographie à Limoges. Il est membre du Conseil d’Administration des Anciens du Lycée Gay-Lussac. Impliqué dans l’association, il est notamment à l’origine de la création des Rencontres de Gay-Lussac. Homme de radio depuis une trentaine d’années, il anime aujourd’hui chaque mois une chronique sur RCF “Des livres et vous”. Il est également photographe et écrivain. Récemment, son ouvrage “Les bouchers du château de Limoges” a donné lieu à une conférence de l’association. Enfin, sa biographie d’Alan Stivell (Editions Le Télégramme, 2012) est devenue une référence.

Notre camarade Gérard Peylet, membre du CA des Anciens de Gay-Lu, nous propose aujourd’hui le 1er volume des chroniques parues sur son blog “Réflexions d’un promeneur libre”, en 2020. Des chroniques aux sujets extrêmement divers, écrites en dehors de toute prise de position politique ou idéologique, à seule visée humaniste.

 

Photomontage signé Fabienne Marlé-Liger.

Le mot de l’éditeur

Ces chroniques, sur des sujets extrêmement divers, ont été écrites en dehors de toute prise de position politique ou idéologique. Leur seule visée est humaniste.

L’auteur est convaincu qu’au-delà de toutes les évolutions historiques et politiques, les valeurs qui placent la personne humaine au-dessus de toutes autres sont des points stables auxquels il faut se raccrocher. Quand le temps est mauvais, il faut garder ces points d’ancrage, il faut laisser dans notre réflexion une place à l’interrogation et au doute. S’interroger, c’est s’engager pour la liberté, la tolérance. Douter c’est savoir remettre en question les idées toutes faites. N’est-ce pas apprendre aussi à penser par soi-même ?Devant le déferlement médiatique qui mêle si souvent les fausses nouvelles aux vraies nouvelles, il ne faut pas hésiter à faire entendre toutes les voix positives qui n’ont pas cessé de s’exprimer.

L’auteur espère proposer une réflexion libre. Son intention n’est pas d’imposer des conclusions mais d’offrir à ses lecteurs l’occasion de poursuivre un questionnement.

 

“En toute liberté. Chroniques d’un citoyen humaniste.” de Gérard Peylet. Editions Edilivre . Mars 2021.
Livre broché, format 134x204mm. 132 pages. ISBN : 9782414521395. Prix de vente conseillé : 14€ en version papier (4,99 € en numérique).

 

Biographie de l’auteur

Gérard PeyletGérard Peylet, professeur émérite à l’université de Bordeaux-Montaigne est spécialiste de littérature moderne et contemporaine. Président de l’ARAL (Association Régionale des Amis du Limousin), Gérard Peylet est engagé de longue date au sein de l’association des Anciens de Gay-Lu de Limoges. Parmi ses ouvrages : “Ce territoire auquel on appartient”, “Joseph Rouffanche, une grande voix poétique”.

 

Après 3 tomes couronnés de 3 prix littéraires, notre camarade Philippe Grandcoing revient avec un nouveau roman historique. “La Conspiration hongroise” nous plonge, aux côtés de son enquêteur vedette Hippolyte Salvignac, dans un mystérieux complot politique international au temps de la Belle Epoque, entre Paris et Vienne.

 

La Conspiration hongroiseLe Mot de l’Editeur

Paris, printemps 1909. L’inspecteur Lerouet est confronté à un cadavre anonyme retrouvé poignardé en pleine rue, l’obligeant à faire appel à son vieil ami Hippolyte Salvignac et à Léopoldine, sa compagne, artiste peintre à la sensualité débordante. Au fil de leurs investigations, ce trio d’enquêteurs exhume un mystérieux complot politique aux ramifications internationales, alors que se multiplient les assassinats dans la communauté des artistes hongrois exilés en France. Au moment même où Clemenceau perd le pouvoir, réussiront-ils à sauver l’Europe de la catastrophe ?
Leurs aventures vont les mener jusqu’à la Vienne de Klimt et de Freud, à la découverte de la capitale de toutes les audaces intellectuelles et artistiques de la Belle Epoque, où se cache la clé de l’énigme.

“La conspiration hongroise”, Editions De Borée. Collection : Vents d’histoire – Mars 2021 – Couverture : brochée – Format : 15 cm x 23 cm – 276 pages – ISBN : 2812927135 – 19 €

 

L’auteur

Philippe GrandcoingPhilippe Grandcoing est professeur agrégé d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles (hypokhâgne et khâgne) au Lycée Gay-Lussac à Limoges. Spécialiste de l’histoire de la société limousine des XIXe et XXe siècles, il consacre son talent d’historien à sa région. Auteur de nombreux ouvrages historiques et universitaires, il s’illustre dans le roman historique avec les enquêtes de l’antiquaire Hippolyte Salvignac. Philippe Grandcoing est engagé dans l’association des Anciens de Gay-Lu, en tant que membre du Comité.

Après deux expériences de confinement, notre camarade François Frugier a couché ses pensées et réflexions sur le papier. Avec “Le masque ou la prune”, il partage avec humour ses humeurs de confiné sous forme de chroniques, aujourd’hui éditées à compte d’auteur.

 

Le masque et la prune

Dans le contexte anxiogène que nous avons connu au printemps, excédé par la confusion qui régnait entre polémiques et controverses, j’ai voulu témoigner, décrire ce que je vivais et ce que je ressentais au quotidien: une chronique des humeurs d’un confiné limougeaud en quelque sorte. J’ai essayé d’ajouter un peu d’humour et de dérision, de fantaisie également en agrémentant le récit tantôt d’une fable, tantôt d’un poème ou encore d’un pamphlet…

 

“Le masque ou la prune. Chroniques des humeurs d’un confiné limougeaud” – 122 pages. Janvier 2021
Dépôts en librairies à Limoges (13 €), ou disponible directement auprès de l’auteur (10 €) : francois.frugier831[@]orange.fr

 

François Frugier est originaire de Limoges. Après ses jeunes années au Lycée Gay-Lussac, il poursuit ses études et après son service militaire, entre chez Legrand pour y effectuer toute sa carrière. Il sera membre du comité de direction jusqu’à sa retraite en 2007. Après deux ouvrages “Regards sur les Ressources humaines” dans lequel il revient sur ses souvenirs professionnels, et “La Mémoire qui s’éloigne” relatif à ses souvenirs d’enfance, il signe avec “Le masque et la prune” son troisième ouvrage. François est impliqué depuis de nombreuses années dans l’association des Anciens de Gay-Lu.

 

En cette fin d’année, notre camarade Florence Levet, ancienne de Gay-Lu, nous livre un nouveau roman policier à déposer sous le sapin. Avec “Sous un tas de pierre”, elle nous entraîne dans un village du Lot et nous révèle les surprises que peut réserver un choix de changement de vie… 

 

Le mot de l’éditeur

Sous un tas de pierreLe secret d’un mur écroulé.

Imaginez que vous venez d’ouvrir le chantier de rénovation d’une antique demeure dont vous avez fait l’acquisition, dans un charmant village du Lot, et que, sous un tas de pierres, vos ouvriers découvrent soudain un squelette humain.

C’est la triste aventure que connaît Marianne, jeune Parisienne qui a souhaité fuir la capitale après une rupture sentimentale et qui comptait bâtir là sa nouvelle existence, mais qui se trouve, bien malgré elle, plongée dans un drame au mystère non élucidé survenu quelques années plus tôt, dans la famille particulièrement originale de l’artisan qui dirige les travaux.

L’enquête est relancée, les hypothèses vont bon train. Saura-t-on jamais la vérité sur cette affaire bien ténébreuse ?

 

“Sous un tas de pierres” de Florence Levet, Nombre 7 Editions, parution Décembre 2020.
Dos carré collé – 148x210mm – 674 pages – ISBN : 978-2381533582 – Prix public (format papier) : 23€

 

Florence LevetJuriste de formation, universitaire et mère de famille nombreuse, Florence Levet consacre ses loisirs à l’écriture et à la musique. Auteure de nombreux romans, elle est engagée depuis de nombreuses années dans l’association des Anciens de Gay-Lu.
En savoir plus sur le parcours de Florence

 

Anciennes et anciens de Gay-Lu, vous avez vous aussi récemment publié un livre, réalisé un film ou même enregistré un album ? Faites-le nous savoir afin que nous puissions relayer l’information sur le Mag !