Articles

« Histoire des bouchers du Château de Limoges » de Laurent Bourdelas

Notre camarade, Laurent Bourdelas, historien et écrivain passionné de l’histoire de Limoges, publie un nouvel ouvrage riche de nombreuses illustrations. « Les Bouchers du Château de Limoges » met à l’honneur l’histoire de la corporation des bouchers de la ville de Limoges, de la confrérie Saint-Aurélien, histoire également d’une rue et d’un quartier, du Moyen-Âge aux heures contemporaines : histoires, anecdotes, personnages, temps forts… 

 

Le Mot de l’Editeur

Dans cet ouvrage très richement illustré, l’auteur propose une histoire renouvelée de la corporation des bouchers du Château de Limoges, essentiellement ceux de la rue de la Boucherie. Remontant à l’Antiquité, évoquant le Moyen Âge, puis l’Ancien Régime et la période révolutionnaire, il étudie le XIXe siècle et la période contemporaine, nourrissant son travail de ceux de ses prédécesseurs, de celui des archéologues, mais également d’archives inédites, dont celles de la Confrérie Saint-Aurélien. C’est ainsi que l’on découvrira l’histoire du Cercle Saint-Aurélien, créé à la fin du XIXe siècle dans l’esprit corporatiste et chrétien cher à Albert de Mun.

Étudier cette rue emblématique de la ville de Limoges, c’est comprendre qu’elle se situe au carrefour de l’artisanat et du commerce, de la vie familiale, de l’architecture, de la religion, de la politique et de la gastronomie. C’est aussi saisir qu’elle participe de l’identité limougeaude, à tel point qu’elle a inspiré les écrivains et les poètes, mais aussi les peintres et les photographes, dont Laurent Bourdelas nous livre ici une anthologie. Le quartier a évolué au fil du temps, mais il est encore bien vivant et toujours cher à ceux qui le fréquentent, qu’ils soient de Limoges ou d’ailleurs.

 

Table des matières

  • Préface de Pierre Lamige, 1er syndic de la Confrérie Saint-Aurélien
  • La boucherie au temps des Gaulois et des Romains
  • Moyen Âge
  • Des Temps modernes au XIXe siècle
  • Dix-neuvième siècle et début du vingtième
  • Le Cercle Saint-Aurélien, entre corporatisme, religion et loisirs, de 1887 aux années 1960
  • La Confrérie Saint-Aurélien et la rue de la Boucherie des années 1960 aux années 2020
  • Une « figure obligée » : écrire sur les bouchers et leur rue
  • Peindre et photographier la Boucherie et les ostensions

Les Bouchers du Château de Limoges – Laurent Bourdelas – Editeur : Geste Editions, Collection Beau Petit Pays – Mai 2019 – 15,5 x 22 cm – 264 pages – ISBN: 979-10-353-0331-0 – Prix public : 20 €

 

Laurent BourdelasLaurent Bourdelas, écrivain, fait partie des Anciens de Gay-Lu. Impliqué dans l’association, il est notamment à l’origine de la création des Rencontres de Gay-Lussac.

 

Anciennes et anciens de Gay-Lu, vous avez vous aussi récemment publié un livre, réalisé un film ou même enregistré un album ? Faites-le nous savoir afin que nous puissions relayer l’information sur le Mag !

« Un enfant des Coutures » de Gérard Terrier

Notre camarade Gérard Terrier, ancien du lycée Gay-Lussac, évoque les souvenirs de son enfance vécue à la Cité des Coutures, l’une des plus anciennes cités ouvrières de Limoges. Il décrit l’esprit de solidarité qui régnait dans ce grand ensemble d’immeubles, ainsi que les personnages qui ont marqué l’histoire récente de la ville.

Couverture Un enfant des couturesLa Cité des Coutures est une des plus anciennes parmi les cités ouvrières de la ville de Limoges. Sa situation, près de la Gare des Bénédictins fait que son histoire est très liée au monde cheminot.
Pour y avoir vécu une partie de son enfance, l’auteur nous plonge dans ce qui fait la vie d’un quartier : ses locaux, ses habitants, leur mode de vie…
Au fil de souvenirs très personnels, nous découvrons l’état d’esprit de cet ensemble d’immeubles où règne une humanité, un sens de la solidarité que l’on ne trouve plus dans ce qu’il est convenu d’appeler « les grands ensembles ».
Ce livre est aussi une galerie de portraits de personnages qui ont marqué l’histoire récente de Limoges ou plus particulièrement la Cité des Coutures.
Laissez-vous prendre au charme suranné de ce récit où l’on perçoit une vraie fidélité à des racines populaires et à des valeurs universelles qu’il est réconfortant de rencontrer encore de nos jours.

Un enfant des couturesEditions de la Veytizou P.L. – Collection : Eclats de villes – Octobre 2018
Reliure : Broché– Format 21 cm x 15 cm – 203 pages – ISBN: 978-2-35192-210-1 – 22€ en librairie

 

Gérard TerrierAncien élève de l’école primaire du boulevard Saint-Maurice et du lycée Gay-Lussac, Gérard TERRIER entre à la Faculté de Médecine de Limoges et il deviendra Médecin hospitalier durant des décennies. En 2004, il est nommé Chef de service des soins palliatifs du C.H.R.U. Dupuytren. Par ailleurs, il s’adonne à l’Écriture avec bonheur et il a publié plusieurs ouvrages aux Editions de La Veytizou, notamment Souvenirs d’un Carabin (2 Tomes) et HOSTO Biographie.

 

Offre spéciale pour les Anciens de Gay-Lu !
Possibilité de commande directe auprès de notre camarade Gérard Terrier : l’auteur propose d’abandonner ses droits, le livre se retrouve alors à 20 €… sans compter la dédicace s’il dispose du prénom de l’acheteur !
Nous contacter

« Roger Gonthier, un architecte singulier » de Pascal Plas

Pascal Plas, historien Limougeaud et membre de l’association des Anciens de Gay-Lu, présente son dernier ouvrage sur l’architecte Roger Gonthier (1884-1978). Paru aux éditions Lucien Souny, ce livre retrace la carrière de cet architecte, limougeaud de cœur, père de la gare de Limoges-Bénédictins et, peu avant, de la cité Beaublanc, qui s’inspire du modèle des cités-jardins. Véritable mine d’or pour tous les passionnés d’architecture, ce livre permet de redonner ses lettres de noblesse à Roger Gonthier et à son magnifique travail.

 

Roger Gonthier, un architecte singulier« Architecte diplômé par le Gouvernement, licencié en droit, chevalier de la Légion d’honneur […] dont l’activité s’est étendue à tous les domaines, bâtiments industriels, maisons de rapport, bâtiments publics, buildings, villas, parcs, urbanisme […], groupes d’habitations à bon marché en particulier à Limoges où ont été réalisées six cités (qui) représentent 1 200 logements, une superficie construite de 1 200 m2 et une dépense de 45 millions de francs […] » C’est ainsi qu’on présentait Roger Gonthier à l’issue de sa carrière. Un remarquable architecte atypique…, « notoirement méconnu », aurait ajouté Alexandre Vialatte. Le nom de Roger Gonthier, essentiellement associé à la gare des Bénédictins, est pourtant indissociable de l’histoire du logement social à Limoges dans l’entre-deux-guerres. Il construit la cité-jardin de Beaublanc, le groupe d’immeubles HBM des Coutures, les cités Ranson, Ruben, Betoulle et Thuillat, tout en menant de front une multitude d’autres chantiers. Il accorde autant de soin à édifier de prestigieux immeubles parisiens et des « palais » de bord de mer qu’à concevoir des appartements pour la frange la plus pauvre et la plus mal logée de la société. Toutes ses réalisations, y compris ses bâtiments sociaux, sont de qualité. Et cette qualité se retrouve toujours dans le parc immobilier de Limoges habitat – l’héritier de l’OPHBM né en 1920 – dont tous les logements constituent aujourd’hui à la fois des éléments patrimoniaux et des lieux de vie dynamiques en raison de leurs caractéristiques initiales de construction.

Roger Gonthier, un architecte singulier – Pascal Plat – Editeur : Lucien Souny – Le Puy Fraud – Mai 2018
Livre broché – Format : 21×27 cm – 160 pages – 22 €
Plus de détails

 

Pascal PlasAncien du Lycée Gay-Lussac, Pascal Plas est agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine. Il fait ses études d’histoire à l’Université de Limoges, décrochant un doctorat d’histoire contemporaine à La Sorbonne en soutenant une thèse portant sur les avocats et barreaux en France (1997). Enseignant depuis 1985, d’abord dans des lycées de la région, il est ensuite correspondant de l’Institut d’Histoire du temps présent du CNRS. Détaché au service éducatif et scientifique du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, il met en place les dispositifs pour aider les enseignants à préparer les scolaires à la visite du village martyr. Au début des années 90, il revient sur les bancs de la faculté comme chargé de cours en histoire contemporaine. Il enseigne le droit aux étudiants de 1ère année de l’IAE et anime un séminaire sur le patrimoine mémoriel des guerres dans le cadre du Master valorisation du patrimoine à la Faculté de Lettres. Spécialiste de l’histoire de la justice et de la gestion des conflits, il dirige la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après conflit créée fin 2013 à l’initiative de la Fondation partenariale de l’Université de Limoges. Auteur de nombreux articles et ouvrages se rapportant à la Seconde Guerre mondiale dans le Centre-Ouest de la France, dont Visages de la Résistance (2005), il a organisé de multiples rencontres et journées d’étude sur la Résistance.

 

Vous êtes ancien du Lycée Gay-Lussac ? Rejoignez l’association, et partagez vos publications avec le réseau !

« Le Tigre et les pilleurs de Dieu » un roman historique de Philippe Grandcoing

Le Tigre et les pilleurs de Dieu, la première enquête de l’antiquaire Hippolyte Salvignac, est signée Philippe Grandcoing, historien spécialiste de la société limousine des XIXe et XXe siècles. Professeur agrégé d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles au Lycée Gay-Lussac, il est engagé dans l’association des Anciens de Gay-Lu. Auteur de nombreux ouvrages historiques et universitaires, Philippe Grandcoing signe ici son premier roman historique.

 

Le Tigre et le pilleur de Dieu

Couverture : peinture de Jean Béraud (1848-1931)

Paris, automne 1906 : la France se remet à peine de l’ouragan de l’affaire Dreyfus. La séparation de l’Église et de l’État est dans tous les esprits… Hippolyte Salvignac, modeste antiquaire parisien d’une quarantaine d’années, est recruté par Georges Clemenceau pour aider la police à pourchasser des trafiquants d’oeuvres d’art. Ces derniers pillent les trésors qui sommeillent dans les églises de campagne… Flanqué de l’inspecteur Jules Lerouet, bâtard au grand coeur, Salvignac découvre les méandres d’une situation explosive : luttes politiques, tensions diplomatiques, conflits religieux et trafics internationaux. Au fil de son enquête, il sillonnera l’Europe de la Belle Époque, de son Quercy natal à Londres en passant par les stations thermales d’Auvergne et la banlieue parisienne. Une galerie de personnages attachants, romanesques ou réels, fait de ce polar historique un livre passionnant, alors que va naître la police moderne des Brigades du Tigre. Fréquentant aussi bien les allées du pouvoir que le monde interlope des marchands d’art ou les soupentes du Quai des Orfèvres, Salvignac entraîne le lecteur dans le tourbillon des années 1900. À travers mille rebondissements se dévoile tout un monde révolu où se côtoient premières automobiles et voitures à chevaux, lampes à pétrole et ampoules électriques, une société où s’invente chaque jour la modernité du XXe siècle.

Le Tigre et les pilleurs de Dieu – Éditeur : De Borée – Collection : Vents d’histoire – Mars 2018
Couverture : brochée – Format : 14 cm x 22,5 cm – 320 pages – ISBN : 978-2-8129-2282-4 – 19,90 €

 

 

Philippe GrandcoingPhilippe Grandcoing est professeur agrégé d’histoire en classes préparatoires aux grandes écoles (hypokhâgne et khâgne) au Lycée Gay-Lussac à Limoges. Spécialiste de l’histoire de la société limousine des XIXe et XXe siècles, il consacre son talent d’historien à sa région. Auteur de nombreux ouvrages historiques et universitaires, il se lance aujourd’hui dans le roman historique avec cette première enquête de l’antiquaire Hippolyte Salvignac.

Philippe Grandcoing est engagé dans l’association des Anciens de Gay-Lu, en tant que membre du Comité.

« Nous étions des hommes malgré la guerre 1914-1919 » par Michel C. Kiener et Valérie Mazet

Publié par Geste Editions, cet ouvrage, signé Michel C. Kiener (ancien du Lycée Gay-Lussac) et Valérie Mazet , retrace l’histoire des soldats du 12e corps d’armée de Limoges durant la Première guerre mondiale. L’histoire vraie des soldats du Limousin, retracée à partir de centaines de documents inédits.

Nous étions des hommes malgré la guerreLe pari : prendre à bras le corps la guerre vécue par les régiments des cinq départements de la 12e Région militaire. À l’arrière, des femmes rongées d’angoisse ; sur le front, des hommes lancés année après année dans des offensives meurtrières menées chaque fois « coûte que coûte ». La tragédie de l’été 1914, le Verdun et la campagne d’Italie du 12e Corps, les mutineries de 1917, le monde des officiers, le sort des morts et des blessés, Reims et la Champagne…, autant de volets d’une histoire à rebondissements – la leur – qui tient le lecteur en haleine jusqu’à l’issue finale.

Face à face, la richesse des archives militaires de Vincennes, et des dizaines de correspondances et de carnets de guerre inédits, jusqu’à ceux si précieux de « très-humbles » presque illettrés. Voici la vie, les combats, les souffrances, la révolte, voici la Grande Guerre de ces hommes qui ne voulaient pas la faire.

« Nous étions des hommes malgré la guerre 1914-1919 » – Geste Editions
336 pages, 19,3 x 26cm relié – ISBN 978-2-37109-066-8 – 25 €

Commandez l’ouvrage chez Geste Editions

 

Michel C. Kiener est membre des Anciens du Lycée Gay-Lussac. Il fait partie des contributeurs au Mag de l’association.

Vieilles Plumes : « Olympisme et vol à voile »

Impliqué dans la commission historique de la Fédération Française de Vol à Voile, Michel de La Burgade, anciens élève du Lycée Gay-Lussac de Limoges, signe un dossier sur le thème « Olympisme et vol à voile », retraçant les tentatives d’inscrire la compétition planeurs parmi les sports olympiques dans la période de l’entre-deux-guerres.

Vielilles Plumes - Olypisme et vol à voile

Notre camarade Michel de la Burgade nous informe de la publication du numéro 26 de la revue « Vieilles Plumes », de la Commission historique de la Fédération française de vol à voile, sur le thème : « Olympisme et Vol à voile ».

Le présent numéro, dont j’ai assuré la rédaction – mes collègues de la Commission historique complétant l’iconographie – est consacré à l’introduction manquée, peu avant la dernière guerre, du Vol à voile dans l’ensemble des sports olympiques. Une cause qui aurait été alors très favorable à la propagande de l’Allemagne nazie !
Très accessoirement, vous trouverez dans la marge de la page 15 une allusion à ma présence au Wembley Stadium des JO de 1948. Je viens d’avoir 16 ans, j’en suis à mon second échange de lycéens avec le Beckenham College, échange patronné par Michel Sapanet. Avec moi, mon correspondant Patrick Ground, qui deviendra barrister puis député thatchérien, avec lequel je suis toujours resté en relation depuis bientôt soixante-dix ans…

Un dossier signé Michel de La Burgade sur le thème « Olympisme et vol à voile », retraçant les tentatives d’inscrire la compétition planeurs parmi les sports olympiques dans la période de l’entre-deux-guerres. Illustré de nombreuses photos, le dossier porte le sommaire suivant :

  1. Prologue
  2. Les orientations du mouvement olympique
  3. La genèse du planeur olympique
  4. Le choix du Meise
  5. Les successeurs du Meise
  6. La reprise du vol à voile en France

Plus d’information sur la publication sur le site de l’@erobibliothèque

Michel de la Burgade, ingénieur des Arts et Manufactures, a été élève au Lycée Gay-Lussac de Limoges de 1938 à 1949.

 

Vieilles Plumes n°26 – Olympisme et vol à voile – Bleu Ciel Diffusion
Commission historique de la Fédération Française de Vol à Voile
48 pages, 21 x 29,7cm broché – – ISSN 1287-9681 – 25 € + port
Commandez l’ouvrage

 

Gay-Lussac for ever : 150 ans de fidélité

L’Association des anciens élèves et fonctionnaires du Lycée Gay-Lussac fêtait en 2017 ses cent-cinquante années d’existence et de fidélité à l’établissement. L’occasion d’éditer un livre commémoratif. Fidélité ? Fierté aussi, car Gay-Lu en vaut la peine !

Livre 150 ans de fidélité

Gay-Lussac, étonnant hybride de lycée patrimoine et de « lycée pour tous » chaleureux n’a, en effet, plus rien à voir avec le « lycée de garçons » confiné, que tout chef-lieu de département d’avant 1950 devait recéler en son sein, destiné avant tout aux enfants de notables. Plus rien à voir non plus avec le lycée qu’ont connu les anciens jusqu’aux années 1980, un lycée aux peintures défraichies, aux murs parfois lépreux, aux fenêtres hors d’âge et aux dortoirs en collectifs par lequel sont passés des générations de garnements en culottes courtes, pantalons de golf ou même, des décennies durant, des milliers de « petits messieurs » propres sur eux.

Gay-Lussac, lycée privé de son collège, bénéficie aujourd’hui d’un recrutement étendu grâce à un découpage englobant quartiers intermédiaires cités, banlieues et zone rurale. S’y retrouvent donc des élèves issus de collèges très différents. Double mutation donc : voici un lycée « de centre-ville », héritier d’un riche passé, devenu un « lycée pour tous », en même temps qu’un établissement « bien dans ses murs » suite aux importants travaux menés par le Conseil régional dans la décennie 1990.
Lycée d’excellence aussi, fort de ses 450 élèves de classes préparatoires, scientifiques et littéraires. Amorcée timidement à la fin de la décennie 1940, dans la foulée des idéaux d’une Résistance décidée à démocratiser le pays en profondeur, cette ouverture tenait au départ à pallier l’absence, dans une grande ville industrielle, d’université et de « grande école ». Car il fallut attendre, oui attendre, 1968 pour que soit enfin créée sur Limoges une université de plein exercice. Oublié le voyage à Poitiers auquel furent contraints, un siècle durant, les admissibles au bac appelés pour les épreuves orales !

 

Face au miroir

Lycée inscrit au cœur de sa ville, lycée paysage, lycée doté d’une identité forte, soit. Mais chacun sait aussi que c’est là, dans ces années lycée que se nouent certaines des amitiés les plus durables et s’inventent les groupes d’amis « comme les doigts de la main ».

Livre Less destins d'un Lycée Gay-LussacDe cela, un ouvrage paru en 2011 rendait déjà compte : Les destins d’un lycée publié aux Éditions Culture et Patrimoine, dû à quatre enseignants et anciens du lycée. Parcourant toute l’histoire du lycée depuis ses origines en pleine Renaissance, ils en ont dressé le portrait le plus détaillé possible.

Les Anciens de Gay-Lu ont donc choisi, pour célébrer leur cent-cinquantième anniversaire de faire autre chose : de rappeler ce que furent longtemps le « lycée oublié » et son pendant féminin, le longtemps collège puis lycée de filles, devenu aujourd’hui le lycée Léonard-Limosin. Rappelant ainsi avec quelle lenteur la République s’est engagée dans la diffusion d’un enseignement allant au-delà de l’école élémentaire.

De ce passé, les murs du lycée en gardent encore la trace, outil de travail et de savoir réinventé sur place, à la grande joie d’Anciens, compagnons de route des générations d’aujourd’hui et de demain. C’est ce passé si mal connu qu’ils ont choisi de rappeler en quelques pages et sous des angles divers. L’occasion de rappeler aussi avec quelle lenteur l’enseignement secondaire mit du temps à s’ouvrir aux filles.

 

Disponibles à la vente auprès de l’Association : Télécharger le Bon de Commande

  • 150 ans de fidélité 1867-2017, Association des Anciens élèves et Fonctionnaires du Lycée Gay-Lussac, Limoges, Edité par l’Association des AÉF du Lycée, 2017, 54 pages. Auteurs : Michel C. Kiener, Bernard Gorse, Laurent Bourdelas, Bernard Pommaret
  • Les destins d’un lycée, Gay-Lussac, Limoges, Editions Culture et Patrimoine en Limousin, 2011, 125 pages. Auteurs : Philippe Grandcoing, Michel C Kiener, Michel Métrot, Pascal Texier

Télécharger le Bon de Commande

 

Dans le cadre des 150 ans de l’association, une médaille commémorative en porcelaine a également été éditée (tirage limité à 100 exemplaires).

 

Cet article a retenu votre attention ? Partagez-le avec vos camarades !

 

 

Jeunesse et patrimoine : JEP, JEP, JEP, hourra !

Pour la 34e édition des JEP, Journées européennes du patrimoine, la Région Nouvelle-Aquitaine vous donne accès à des sites exceptionnels et ouvre les portes de nombreux lycées. Elle s’associe ainsi au thème des journées 2017 : « jeunesse et patrimoine ». Un rendez-vous à ne pas manquer !

Lire la suite

« Une trace dans le ciel » d’Agnès Clancier

Une trace dans le ciel d'Agnès ClancierEn ce week-end prolongé, nous vous conseillons la lecture des deux derniers ouvrages de notre dernière Présidente de banquet, Agnès Clancier : après « Outback, disent-ils », découvrez « Une trace dans le ciel »

« Elle s’efforce de vider son esprit. D’oublier ce qu’elle sait. Ce qu’elle a vécu ces derniers jours, ces derniers mois. Elle doit tout effacer. Tout sauf l’enfance, la jeunesse, l’amour, les défis, la folie, ce qui, d’elle, leur sera pour toujours inaccessible. Ce qui la rend invulnérable.

Arrêtée par la Gestapo, en mars 1944 pour ses activités de résistante, une femme tente, dans la solitude de sa cellule, de surmonter sa peur pour affronter l’épreuve de la détention et des interrogatoires, d’accepter la perspective de sa propre mort tout en gardant intactes sa détermination et sa foi en l’avenir.
Aviatrice célèbre pour avoir, dans les années trente, battu de nombreux records internationaux, elle se remémore son enfance, les moments heureux de son existence, les êtres qu’elle a aimés, les exploits accomplis, puisant dans ce passé et dans la résurgence d’émotions anciennes la force dont elle a besoin.
Ce roman est inspiré de la vie de Maryse Bastié, une héroïne de l’aviation, de la résistance à l’occupant et de la cause des femmes, qui a relevé tous les défis de son temps et mené tous les combats pour la liberté. C’est aussi un formidable témoignage de cette époque où des fous volants, de Mermoz à Hélène Boucher, ont laissé, souvent au péril de leur vie, des traces dans le ciel, ouvrant ainsi la voie à l’aviation moderne. »

Ed. Aléa – 271 pages – 20 euros.

Autour de l’Atelier Fauré avec Michel Kiener

Couverture du livre

Logo RCF LimousinA l’occasion de la parution de son ouvrage « Les émaux art-déco de l’Atelier Fauré, Limoges 1919-1985 » aux éditions Culture et Patrimoine en Limousin , Laurent Bourdelas reçoit l’historien Michel Kiener (ancien de Gay-Lu) en interview sur le plateau d’RCF Limousin.


LES EMAUX ART DECO DE L’ATELIER FAURE, LIMOGES 1919-1985, de Michel C. Kiener, 2016, aux Editions Culture et Patrimoine en Limousin, 180pages, ISBN : 978-2-91167-90-2, 23×28,5 cm.

Voir le site de l’éditeur Culture et Patrimoine en Limousin

Évènements

Aucune page ne correspond à votre recherche

Désolé, aucun article ne correspond à votre recherche