Articles

Après un voyage au Burkina Faso et avant de retourner bientôt dans le bush australien, notre camarade romancière de talent, Agnès Clancier, nous propose une promenade en Corse, et plus précisément à Bastia. “Pour l’amour de Bastia” est un hommage à une ville singulière, un récit où s’invite le passé, réel ou imaginaire…

 

« Ville baroque, ville italienne, pudique et rebelle, insaisissable, orgueilleuse, mouvante aussi – son musée et sa mairie ont changé plusieurs fois de localisation –, lieu de traditions et de pierres sacrées, d’art et de magie, de fresques et de trompe-l’œil, Bastia est une cité qu’on ne cesse jamais de découvrir… »

Le mot de l’éditeur

Ce livre est pour Agnès Clancier un récit intime, où Bastia s’incarne en amie, en berceau, en mère ; et où s’entremêlent descriptions réalistes et fragments de récits oniriques, histoire d’une ville vécue dans de jeunes années et histoire familiale rêvée. Elle dresse ainsi un portrait surprenant d’une admirable cité qui est corse, mais aussi « baroque et italienne », source de « nostalgie et de lumière ».

La balade inspirée dans laquelle l’auteure nous entraîne amène le lecteur à découvrir celle que Ptolémée dénommait Mantina, avec ses émouvantes « glacières » remontant au XVIe siècle, et tous ses sites favoris : le jardin Romieu, le Vieux-Port, la plage de Ficajola…

“Pour l’amour de – Bastia”, par Agnès Clancier. Editions Magellan & Cie. Parution : juin 2021
112 pages, livre broché avec rabat, format 21x12cm. ISBN n°9782350746043 – Prix de vente : 10 €.

 

Agnès Clancier, romancière voyageuse

Agnès Clancier romanchère invitée aux Rencontres de Gay-LussacAgnès Clancier, née en Haute-Vienne, ancienne élève du Lycée Gay-Lussac de Limoges, a résidé à Bastia. Voyageuse, elle a aussi vécu à Paris, à Sydney et à Ouagadougou. Elle a publié une dizaine de livres, parmi lesquels, en 2007, le roman Port Jackson (Gallimard), inspiré de son expérience australienne. De cette dernière naîtra également un recueil de poésie, Outback, disent-ils (Henry, 2017). C’est au Burkina Faso que se situe l’action de son dernier roman, Le corps de Sankara (Éditions du Rocher, 2020).

Agnès Clancier fut l’invitée d’honneur du Banquet des Anciens de Gay-Lu en novembre 2016. A cette occasion, elle participa à l’une des premières “Rencontres de Gay-Lussac”, au cours de laquelle elle s’entretint avec Laurent Bourdelas autour de ses écrits, son parcours, ses voyages.