Articles

Notre camarade Alain Texier nous propose aujourd’hui une exploration passionnée du phénomène nobiliaire. La noblesse, outre le statut, est également un ensemble de droits et devoirs. Il nous livre avec cet ouvrage “Noblesse, titres et armoiries” son expertise en la matière, et son goût de la transmission.

 

Le mot de l’éditeur

Le choc des armures. Le chatoiement des étoffes. L’ambiance feutrée des grands conseils d’administration. Ces représentations conjurent ensemble l’image de la noblesse. Mais la noblesse c’est également l’agriculteur et – selon le mot de Charles De Gaulle – “l’éternel retour des labours, des semailles et des moissons” ; c’est le militaire, prêt à donner sa vie, c’est le médecin partant en mission dans des contrées isolées pour y soigner ceux que le monde délaisse, c’est l’humanitaire qui, s’engageant dans une forme contemporaine du combat pour la justice et pour la dignité, vient en aide aux populations dans le dénuement. La noblesse, dans les temps anciens, c’est un statut, un ensemble de droits et de devoirs. C’est aussi, dans les temps anciens mais également aujourd’hui, un cœur, un cœur qui va vers le plus démuni. C’est une âme, une âme qui veut s’élever. La noblesse, l’ultime frontière de nos aspirations.

 

Noblesse, titres et armoiries, d’Alain Texier. Paru chez LMG Editions. Avril 2021 
Livre broché, grand format 215 x 135cm- 166 pages – ISBN : 979-10-95165-20-0 – Prix de vente public : 9 €



L’auteur

Alain TexierAlain Texier est Docteur en droit et diplômé d’études supérieures de droit public (Limoges) et de Science politique (Paris X Nanterre). Ancien élève du Lycée Gay-Lussac de Limoges, il a fondé le jeudi 25 aout 1988, entre millénaire et bi-centenaire – la Charte de Fontevrault en l’abbaye royale homonyme. Il a également collaboré aux Cahiers de Chiré et publié un certain nombre d’ouvrages. Il a mené de front une carrière d’Universitaire, et lutté pour la sauvegarde d’un certain nombre de traditions, tout en œuvrant au service de l’idéal royaliste. Il est aujourd’hui Maître de conférences à la Faculté de Droit et des sciences économiques de Limoges.

Notre camarade Gérard Terrier, ancien du lycée Gay-Lussac, médecin hospitalier de métier, porte un regard amusé sur ces traditions au sens initiatique certain de la salle de garde.

Us et coutumes de la salle de garde

La salle de garde est un lieu “mythique”.

Malheureusement, avec l’évolution de la société, et le monde médical ne fait pas exception à la règle, les traditions se perdent. Ce petit ouvrage vous fait pénétrer au sein de coutumes et de rites qui remontent à la nuit des temps. Ces derniers sont souvent l’objet d’inexactes interprétations, voire de fantasmes.

Cette description, vue “de l’intérieur”, permet de faire connaissance avec un milieu où les traditions, les us et coutumes et les symboles, bien qu’ancrés depuis des siècles, sont en train de s’étioler voire de tomber en désuétude.

 

Us et coutumes de la salle de gardeEditions l’Harmattan Collection Médecine à travers les siècles – Avril 2019
Broché – format : 13,5 x 21,5 cm – ISBN : 978-2-343-17138-8 • 3 avril 2019 • 82 pages – 11,50 €

 

Gérard TerrierAncien élève de l’école primaire du boulevard Saint-Maurice et du Lycée Gay-Lussac, Gérard TERRIER entre à la Faculté de Médecine de Limoges et il deviendra Médecin hospitalier durant des décennies. En 2004, il est nommé Chef de service des soins palliatifs du C.H.R.U. Dupuytren. Par ailleurs, il s’adonne à l’Écriture avec bonheur et il a publié plusieurs ouvrages en lien son vécu du milieu médical.

 

Vous avez publié un ouvrage, enregistré un disque, réalisé un film… Pensez à nous en informer, nous nous en ferons le relai auprès du réseau des Anciens de Gay-Lu. Contactez-nous !

L’Association des anciens élèves et fonctionnaires du Lycée Gay-Lussac fêtait en 2017 ses cent-cinquante années d’existence et de fidélité à l’établissement. L’occasion d’éditer un livre commémoratif. Fidélité ? Fierté aussi, car Gay-Lu en vaut la peine !

Livre 150 ans de fidélité

Gay-Lussac, étonnant hybride de lycée patrimoine et de “lycée pour tous” chaleureux n’a, en effet, plus rien à voir avec le “lycée de garçons” confiné, que tout chef-lieu de département d’avant 1950 devait recéler en son sein, destiné avant tout aux enfants de notables. Plus rien à voir non plus avec le lycée qu’ont connu les anciens jusqu’aux années 1980, un lycée aux peintures défraichies, aux murs parfois lépreux, aux fenêtres hors d’âge et aux dortoirs en collectifs par lequel sont passés des générations de garnements en culottes courtes, pantalons de golf ou même, des décennies durant, des milliers de “petits messieurs” propres sur eux.

Gay-Lussac, lycée privé de son collège, bénéficie aujourd’hui d’un recrutement étendu grâce à un découpage englobant quartiers intermédiaires cités, banlieues et zone rurale. S’y retrouvent donc des élèves issus de collèges très différents. Double mutation donc : voici un lycée “de centre-ville”, héritier d’un riche passé, devenu un “lycée pour tous”, en même temps qu’un établissement “bien dans ses murs” suite aux importants travaux menés par le Conseil régional dans la décennie 1990.
Lycée d’excellence aussi, fort de ses 450 élèves de classes préparatoires, scientifiques et littéraires. Amorcée timidement à la fin de la décennie 1940, dans la foulée des idéaux d’une Résistance décidée à démocratiser le pays en profondeur, cette ouverture tenait au départ à pallier l’absence, dans une grande ville industrielle, d’université et de “grande école”. Car il fallut attendre, oui attendre, 1968 pour que soit enfin créée sur Limoges une université de plein exercice. Oublié le voyage à Poitiers auquel furent contraints, un siècle durant, les admissibles au bac appelés pour les épreuves orales !

 

Face au miroir

Lycée inscrit au cœur de sa ville, lycée paysage, lycée doté d’une identité forte, soit. Mais chacun sait aussi que c’est là, dans ces années lycée que se nouent certaines des amitiés les plus durables et s’inventent les groupes d’amis “comme les doigts de la main”.

Livre Less destins d'un Lycée Gay-LussacDe cela, un ouvrage paru en 2011 rendait déjà compte : Les destins d’un lycée publié aux Éditions Culture et Patrimoine, dû à quatre enseignants et anciens du lycée. Parcourant toute l’histoire du lycée depuis ses origines en pleine Renaissance, ils en ont dressé le portrait le plus détaillé possible.

Les Anciens de Gay-Lu ont donc choisi, pour célébrer leur cent-cinquantième anniversaire de faire autre chose : de rappeler ce que furent longtemps le “lycée oublié” et son pendant féminin, le longtemps collège puis lycée de filles, devenu aujourd’hui le lycée Léonard-Limosin. Rappelant ainsi avec quelle lenteur la République s’est engagée dans la diffusion d’un enseignement allant au-delà de l’école élémentaire.

De ce passé, les murs du lycée en gardent encore la trace, outil de travail et de savoir réinventé sur place, à la grande joie d’Anciens, compagnons de route des générations d’aujourd’hui et de demain. C’est ce passé si mal connu qu’ils ont choisi de rappeler en quelques pages et sous des angles divers. L’occasion de rappeler aussi avec quelle lenteur l’enseignement secondaire mit du temps à s’ouvrir aux filles.

 

Disponibles à la vente auprès de l’Association : Télécharger le Bon de Commande

  • 150 ans de fidélité 1867-2017, Association des Anciens élèves et Fonctionnaires du Lycée Gay-Lussac, Limoges, Edité par l’Association des AÉF du Lycée, 2017, 54 pages. Auteurs : Michel C. Kiener, Bernard Gorse, Laurent Bourdelas, Bernard Pommaret
  • Les destins d’un lycée, Gay-Lussac, Limoges, Editions Culture et Patrimoine en Limousin, 2011, 125 pages. Auteurs : Philippe Grandcoing, Michel C Kiener, Michel Métrot, Pascal Texier

Télécharger le Bon de Commande

 

Dans le cadre des 150 ans de l’association, une médaille commémorative en porcelaine a également été éditée (tirage limité à 100 exemplaires).

 

Cet article a retenu votre attention ? Partagez-le avec vos camarades !