Articles

C’était l’un des enjeux majeurs du retour en classe : le dépistage par autotests dans les établissements scolaires, pour les personnels et les lycéens. Au mois de mai dernier, l’administration du Lycée Gay-Lussac a sollicité l’association des Anciens de Gay-Lu, pour participer à l’encadrement des autotests Covid-19.

 

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale, a fixé le cap au mois de mai : deux autotests par semaine mis à disposition du personnel dans les écoles élémentaires, collèges et lycées, et un autotest par semaine pour les lycéens, sur la base du volontariat bien sûr et avec un consentement parental pour les élèves mineurs.

Afin de gérer la contrainte de la mise en place de cette campagne d’autotests Covid-19, avec un effectif de 1600 lycéens au Lycée Gay-Lussac, le proviseur, Monsieur Leroy-Lusson a fait appel au bénévolat de membres de l’association (déjà vaccinés), afin de prêter main forte aux infirmières et agents en participant à l’encadrement des élèves au sein du lycée.


Avec la participation du Docteur Jean-Marie Pradet (en blanc), les “bénévoles” de La Croix Rouge, et en présence de Madame La Rectrice, Carole Drucker-Godard, Monsieur le Proviseur, Didier Leroy-Lusson et la Gestionnaire, Isabelle Deslattes.

 

Un protocole de réalisation précis, à respecter par les établissements

Une pièce doit être dédiée au dépistage, suffisamment grande pour permettre de respecter les distances de sécurité sanitaire, et facilement aérable. Les lycéens réalisent eux-mêmes le test, encadrés par un “médiateur”. Les lycéens devant apprendre à réaliser le test eux-mêmes. ils peuvent s’aider de cette vidéo préparée par le ministère de la Santé et des Solidarités, mais l’accompagnement de certains bénévoles des Anciens de Gay-Lu a été apprécié.

 

Une belle mobilisation, une collaboration efficace entre le lycée Gay-Lussac et l’association des Anciens de Gay-Lu. A suivre !