Articles

« Le corps de Sankara », le nouveau roman d’Agnès Clancier

Dans son dernier roman, « Le corps de Sankara », Agnès Clancier, ancienne du Lycée Gay-Lussac, nous entraîne dans une aventure en terres africaines, au cœur de ce Burkina Faso qu’elle connaît bien pour y avoir vécu quelques années. Une aventure humaine dans un contexte géopolitique incertain.

 

Le corps de SankaraDaurat, soixante ans, grand voyageur, trois fois divorcé, vient de décrocher un contrat au Burkina Faso. C’est sans doute son dernier poste et il cherche un nouveau sens à sa vie en se lançant dans un projet audacieux, l’exploitation d’une mine d’or. De son côté, Lucie, encore étudiante, se remet d’un chagrin d’amour en préparant un doctorat en sciences de l’environnement et rejoint, à Ouagadougou, une association humanitaire. Dans ce pays au climat rude, où la vie quotidienne est chaotique et la situation politique incertaine, la tension pointe.

Le Corps de Sankara raconte le cheminement de deux déracinés, désireux de reprendre leur vie en main et confrontés à une réalité africaine éloignée de leurs repères. Bousculés dans leurs habitudes, ils s’attachent peu à peu à ce pays, y forgent des amitiés, jusqu’à ce que leurs destinées individuelles prennent un nouveau tournant, alors que la population se soulève.

 

Le corps de Sankaré, par Agnès Clancier, aux Editions du Rocher – Parution le 11.03.2020 – Livre broché, format 14cm x 19cm – 280 pages – EAN : 9782268103549 – Prix de vente conseillé : 18,90 €

 

Agnès Clancier, romancièreAgnès Clancier est l’auteur de plusieurs romans, dont Port Jackson (Gallimard, 2007), d’un récit, Karina Sokolova, paru chez Arléa en 2014, d’un recueil de poèmes, Outback, disent-ils (Éditions Henry, 2017) et d’Une trace dans le ciel (Arléa, 2017), inspiré de la vie de Maryse Bastié, aviatrice et résistante.
De parents enseignants, elle a fait ses études secondaires à Limoges, au Lycée Gay-Lussac. Ancienne élève de l’IRA de Bastia et de l’École nationale d’administration (ENA) (promotion René-Char), elle a vécu à Paris et à Sydney, ainsi qu’au Burkina Faso.

Agnès Clancier fut l’invitée d’honneur du Banquet des Anciens de Gay-Lu en novembre 2016. A cette occasion, elle participa à l’une des premières « Rencontres de Gay-Lussac », au cours de laquelle elle s’entretint avec Laurent Bourdelas autour de ses écrits, son parcours, ses voyages.